Réforme des retraites : quels sont les secteurs les plus menacés ?

Le gouvernement a l’intention de supprimer l’accès des nouveaux salariés à quelques régimes spéciaux. Quid de la réforme des retraites ?

Réforme des retraites : quels sont les secteurs les plus menacés ? – Source : IStock

La réforme des retraites pour l’été prochain a suscité de vives discussions, surtout en ce qui concerne les régimes spéciaux. Depuis que le ministre du Travail, Olivier Dussopt a évoqué ce problème en mi-octobre, les partenaires sociaux, n’ont pas manqué de réagir. Chaque partie défend une raison légitime en affront avec l’autre. Qui sont les plus lésés dans cette réforme des retraites ? Les détails dans cet article.

Qui sont les retraités des régimes spéciaux ?

Les régimes spéciaux représentent le 4e bloc de la Sécurité sociale. Il comprend trois catégories :

  • Le régime de la fonction publique : la police nationale, les militaires
  • Le régime des entreprises et des organismes publics : SNCF, EDF, RATP, GDP
  • Les autres métiers : Banque de France, clercs de notaires, comédie française, Opéra de Paris, marins,…

Les régimes spéciaux possèdent leurs propres règles d’organisation et de fonctionnement. Quelques-uns assurent le risque maladie, accidents de travail, maladie, vieillesse,… Certains offrent la possibilité de partir à la retraite avant l’âge légal. Quelques assurés peuvent même bénéficier d’une durée de cotisation plus faible, mais en obtenant toujours une retraite à taux plein.

Ses avantages sont justifiés par des contraintes particulières (astreintes, horaires de nuit, contraintes de sécurité, etc.). Mais il ne faut pas oublier que les régimes spéciaux coûtent cher : près de 5 milliards d’euros de déficit chaque année. Pendant longtemps, l’Etat a dû rétablir cet équilibre budgétaire lui-même.

C’est la raison principale qui pousse Olivier Dussopt, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion de France à « supprimer l’accès à ses régimes spéciaux, qui couvrent différents risques sociaux, ou uniquement l’affiliation à la retraite ».

Toutefois, la réforme n’inclut pas le régime des fonctionnaires.

« Le régime des marins ne sera pas concerné, de même notamment que ceux des danseurs de l’Opéra de Paris et de la Comédie française, pour lesquels l’âge de mise à la retraite est bas, car ils concernent des métiers très particuliers qui usent les corps », a ajouté Olivier Dussopt.

Une suppression progressive des régimes spéciaux

Le 9 octobre dernier, Olivier Dussopt a expliqué la façon dont cette réforme allait prendre forme. Dans le « Journal du Dimanche », celui-ci a affirmé que les changements à venir se baseront sur « une méthode progressive vers la normalisation comme nous l’avons fait pour la SNCF ».

Lors de cet entretien, celui-ci explique que cela ne touchera pas aux droits acquis des bénéficiaires actuels de l’ancien dispositif. Certains régimes spéciaux vont être supprimés, mais Olivier Dussopt a souligné que « la réforme ne concernera que les nouveaux salariés ».

C’est l’application de la « clause du grand-père ». En clair, cette mesure prendra seulement effet dans quarante ans environ, lorsque les nouveaux salariés seront retraités à leur tour.

Réforme des retraites : des syndicats en colère

Les syndicats d’électriciens et de gaziers ainsi que ceux de la RATP, accusent le coup.

« C’est irresponsable de la part du gouvernement d’envisager de s’attaquer aux régimes spéciaux après la mobilisation sans précédent qu’on a connue ces dernières semaines ! », s’est exclamée la secrétaire nationale CFE-Unsa énergies pour EDF, Amélie Henri.

Elle a souligné que ce n’était pas le moment de provoquer les employés de la sorte.

« La priorité est que les salariés puissent se concentrer sur l’outil de production et le redémarrage des tranches pour assurer le passage de l’hiver », a-t-elle vivement affirmé.

Évoquer ce sujet pourrait affecter les efforts de ces derniers, en pleine crise énergétique. Amélie Henri explique que le gouvernement ne devrait pas autant s’acharner sur les régimes spéciaux qui « soit dit en passant, ne sont pas déficitaires ».

Le secrétaire fédéral de la FNME-CGT, Julien Lambert a soutenu ces paroles lorsqu’il dit :

« Aujourd’hui, c’est inadmissible de toucher à ce dossier des régimes de retraite, surtout dans une période où on doit plutôt se focaliser sur les choix de la souveraineté énergétique, sur la question du pouvoir d’achat ».

Fabrice Coudour, secrétaire fédéral de la FNME-CGT en Savoie, hydraulicien au sein du groupe EDF, a prévenu que l’annonce de cette mesure ne présage rien de bon.

« Si on s’attaque à nos régimes, comme à l’ensemble des régimes spéciaux, c’est très clair que les électriciens et gaziers ne laisseront pas passer sans mobilisation, et la CGT les accompagnera largement », affirme-t-il.

Source : Planet.fr

Accueil / Actualités / Réforme des retraites : quels sont les secteurs les plus menacés ?