Transports domicile-travail : les aides à votre disposition durant cette année 2023

De nos jours, les transports coûtent de plus en plus cher. Qu'il s'agisse de faire le plein ou de prendre le train...

Transports domicile-travail : les aides à votre disposition durant cette année 2023 – Source : Istock

L’inflation n’a pas épargné notre mobilité. Or, pour faire ses courses comme se rendre au travail, les transports restent indispensables. Et de nos jours, il existe de nombreuses alternatives pour se déplacer. Selon votre situation ou votre lieu de résidence, certaines demeurent tout de même plus pratiques que d’autres. Ainsi, si vous vivez à la campagne, la voiture joue un rôle essentiel. Mais les citadins peuvent aussi se pencher sur le vélo ou prendre un abonnement aux transports en commun. Cela dit, toutes ces options ont un coût. Aussi, le gouvernement propose différents coups de pouce, pour vous aider à financer vos trajets.

Les employeurs et la mobilité durable

Pour inciter les salariés à adopter des moyens de transports alternatifs, l’État propose aux entreprises de passer au forfait mobilité durable. L’objectif ? Récompenser ceux qui effectuent leurs trajets domicile- travail à vélo, en trottinette, en transports publics ou via le covoiturage.

D’ailleurs, son montant reste relativement intéressant. « Jusqu’à 700 euros par an et par salarié (dont 400 euros au maximum de frais de carburant) et jusqu’à 800 euros, si cumulé avec un abonnement de transport en commun. » Et cette somme reste défiscalisée à 100 %.

Seul bémol ? Cette aide ne fonctionne pas comme un droit. Elle dépend donc du bon vouloir de l’employeur. Si le vôtre accepte de la mettre en place, vous devrez justifier vos déplacements.

Prise en charge des abonnements de transports en commun

Alors que le pass Navigo atteint à 90 euros en Île-de-France, voilà une aide qui semble plus utile que jamais. En effet, les employeurs ont l’obligation légale de financer 50 % des abonnements de transports de leurs salariés.

Néanmoins, d’après le site Service public, ils peuvent aussi vous proposer encore davantage.  » Au titre des années 2022 et 2023, l’employeur peut rembourser jusqu’à 75 % du coût de l’abonnement aux transports publics (métro, train, tram, services publics de location de vélos) à ses salariés, soit + 25 % par rapport au taux légal obligatoire, fixé à 50 %. »

Bonne nouvelle : vous n’avez pas d’impôts à payer sur ce coup de pouce. Mais là encore, votre employeur n’a pas l’obligation d’aller jusque-là. Il peut ainsi très bien s’en tenir à l’obligation légale, fixée à 50 % de votre carte de transports.

Demander votre chèque carburant dès le 16 janvier 2023

En France, le réseau des transports en commun ne dessert pas toutes les communes. Loin de là. Des millions de Français ont donc besoin de leur voiture, notamment pour effectuer les trajets entre leur domicile et leurs activités professionnelles. La Première Ministre, Elisabeth Borne, a présenté cette aide exceptionnelle en décembre dernier. « Ça représente une remise de l’ordre de 10 centimes par litre si vous faites 12 000 km par an, la moyenne de ce que font les Français en une année. »

En effet, ce chèque remplace la ristourne sur le carburant, qui a pris fin en décembre 2022. Ce dispositif permet de cibler directement les 10 millions de Français les plus modestes. Il permet d’alléger le budget consacré aux transports. Cela dit, il ne concerne que les personnes qui travaillent.  » C’est un dispositif très simple, vous allez sur le site des impôts, vous rentrez votre numéro fiscal, votre plaque d’immatriculation. Une déclaration sur l’honneur disant que vous avez besoin de votre voiture pour aller au travail et vous recevrez directement 100 euros sur votre compte en banque. »

D’après Bruno Le Maire, les Français pourront déposer leur demande sur le site des impôts, du 16 janvier au 28 février 2023. En outre, le chèque carburant reste individuel. Cela signifie que deux adultes vivants dans le même foyer fiscal peuvent y avoir droit. Pour un couple, cette aide aux transports peut donc atteindre 200 euros.

Transports : la prime covoiturage

Concernant les émissions de CO2, le fait de partager ses trajets sur la route peut avoir un réel impact. Écologique et économique, cette solution connait un franc succès depuis une bonne dizaine d’années. Ainsi, les Français ont pris l’habitude d’utiliser cette solution lorsqu’ils doivent se déplacer.

Et pour cause, le prix des transports, et notamment du train, n’a cessé de grimper ces derniers temps. Dans ce contexte, le covoiturage ressemble à un système gagnant-gagnant. Les passagers payent moins cher, et le conducteur peut rentabiliser son carburant ou ses frais de péages.

Pour encourager les trajets à plusieurs, le gouvernement a ainsi lancé la prime covoiturage. Elle se destine aux primo-conducteurs, et peut attendre 100 euros. « À partir du 1er janvier 2023, les conducteurs qui se lancent dans le covoiturage courte-distance recevront une prime de 100 €, via les plateformes de covoi­turage, sous la forme d’un versement progressif : une première partie au 1er covoiturage (25 € minimum) et le reste au 10e covoiturage, dans un délai de 3 mois à compter de son premier covoiturage. »

Le bonus vélo

Pour ceux qui étouffent dans les transports en commun, pédaler peut constituer une super solution. Toutefois, trouver un bon vélo peut vite coûter cher. Dans ce contexte, le gouvernement a mis en place des aides, afin d’inciter les Français à monter en selle.  » Pour accompagner un nombre plus important de Français dans l’achat de vélos, les seuils d’éligibilité seront rehaussés, à partir de cette date, pour couvrir 50 % des ménages les plus modestes (revenu fiscal de référence par part inférieur à 14 089 euros, contre 13 489 euros en 2022) et 20 % pour les aides renforcées (revenu fiscal par part inférieur à 6 358 euros contre 6 300 euros en 2022. »

Ce bonus concerne également les vélos électriques. Si vos trajets s’y prêtent, vous pourrez ainsi troquer le métro contre une belle balade en vélo. En effet, il présente un avantage par rapport aux transports : il permet de faire de l’exercice.

La prime Transport

Cette aide, versée par l’employeur (selon son bon vouloir) peut grimper jusqu’à 700 euros pour alimenter les véhicules électriques ou hybrides. Si vous utilisez du carburant, vous pouvez obtenir jusqu’à 400 euros.

L’Ursaff a aussi dévoilé des nouveautés concernant ce dispositif. « En 2022 et 2023, la prise en charge obligatoire par l’employeur de 50 % du coût des titres d’abonnement aux transports publics est cumulable avec la prime de transport. Les conditions pour être éligible à la prime de transport (exemple, être situé dans une zone non desservie par les transports en commun) sont temporairement supprimées… « 

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour faire des économies sur vos transports. Espérons que ces multiples aides pourront soutenir les Français à la crise que nous traversons ces derniers mois.

Source : Actu

 

Accueil / Actualités / Transports domicile-travail : les aides à votre disposition durant cette année 2023