Fisc : une retraitée contrainte de rembourser plus de 22 000 euros car elle travaille « trop »

Après une carrière à la Poste, une retraitée de la fonction publique se retrouve à devoir rembourser des milliers d'euros au fisc.

Fisc : une retraitée contrainte de rembourser plus de 22 000 euros car elle travaille « trop » – Source : Istock

Pour de nombreuses personnes âgées, la retraite entraîne une certaine baisse du niveau de vie. En cause ? Des retraites au montant faible, souvent moins élevées que leur dernier salaire. Une dame en a récemment fait les frais. Après plus de 20 ans de carrière dans la fonction publique, à la Poste, elle a cessé de travailler en 2010. Mais elle n’a pu percevoir qu’une pension de 900 euros. Aussi, pour maintenir son pouvoir d’achat, elle a choisi de trouver un emploi complémentaire. Une décision courageuse, qui la met pourtant dans une fâcheuse situation vis-à-vis du fisc.

La retraitée se retrouve avec 22 000 euros à rembourser

Comme de nombreuses personnes âgées, Nicole avait du mal à boucler ses fins de mois. Avec seulement 900 euros de retraite, elle pouvait à peine régler ses dépenses du quotidien. Et effet, il s’agissait d’une pension incomplète, à 49 %. Aussi, dès la fin de sa carrière, elle a informé sa caisse de retraite qu’elle souhaitait continuer à travailler. Elle a donc pris un emploi en boulangerie. Puis, un poste à la municipalité quelque temps plus tard. 10 ans plus tard, le fisc lui réclame près de 22 000 euros.

Cependant, durant tout ce temps, Nicole a toujours déclaré ses revenus aux impôts.  Le fisc savait donc combien elle gagnait par ses salaires comme avec sa retraite. Mais désormais, en plus de l’argent que l’administration fiscale lui réclame, la retraitée a perdu la moitié de sa pension.  » Je n’ai même pas assez pour payer mon eau et mon électricité. Du jour au lendemain, on peut se retrouver à la rue alors qu’on a une pension et un travail. »

Mais pourquoi ces sanctions ? D’après le fisc, cette femme n’aurait pas dû percevoir un salaire plus élevé que sa pension. Or, puisque certains de ces salaires dépassaient les 900 euros, elle doit ainsi rembourser de l’argent.

Fisc : les conditions du cumul emploi-retraite

Cette situation surréaliste n’a rien d’une exception. Laurent Rabbé, avocat spécialisé en droit public, rappelle que de nombreux retraités de la fonction publique oublie souvent cette règle du fisc. D’après lui, il s’agit d’une « triple », voire d’une « quadruple peine ».  » Vous avez travaillé dans un travail précaire, avec une petite retraite, plus le niveau de cumul autorisé est bas. Quand il y a un problème, vous payez des sommes très importantes alors que vous avez des revenus très modestes. »

En effet, les règles du cumul emploi-retraite semblent assez injustes pour les anciens agents de la fonction publique. Confrontés à des pensions assez faibles, ils ont presque l’interdiction de gagner plus. Et ce, même en travaillant honnêtement. D’après le site Service public, les personnes ayant terminé leur carrière dans la fonction publique avant 2015, dépendent de règles particulières. Des normes prises en compte par le fisc et la caisse de retraite.  » Si vos revenus d’activité dépassent ce plafond autorisé, l’excédent est déduit de votre pension. Exemple : Si le montant annuel brut de votre pension de retraite de base est égal à 15 000 €, vous pouvez cumuler intégralement votre pension avec des revenus d’activités si ces revenus ne dépassent pas 15 000 € / 3 + 7 549,92 €, soit 12 549,92 € brut par an. »

Source : Orange

Accueil / Actualités / Fisc : une retraitée contrainte de rembourser plus de 22 000 euros car elle travaille « trop »