Cumul emploi-retraite : dans quels cas pouvez-vous continuer à travailler ?

Grâce au cumul emploi-retraite, certains peuvent percevoir un salaire en plus de leur pension. Quelles sont les conditions ?

Cumul emploi-retraite : dans quels cas pouvez-vous continuer à travailler ? – Source : Istock

Pour certains, la retraite est synonyme d’un repos bien mérité. Mais d’autres éprouvent le besoin de retourner travailler, pour compléter leur pension. Ainsi, en 2019, plus de 3 % des retraités avait eu activité professionnelle. Cette pratique, qu’on appelle « cumul emploi-retraite », implique toutefois de respecter différentes conditions. Avec sa nouvelle réforme, le gouvernement compte bien faire de l’emploi des séniors une priorité. Ainsi, les règles qui encadrent la reprise du travail après la retraite devraient s’assouplir dans les prochains mois. En attendant, l’équipe de Foozine vous propose un petit point récapitulatif.

Cumul emploi-retraite : attention aux conditions en vigueur

En France, les plus âgés peuvent compter sur un système de protection assez solide pour vivre après la fin de leur carrière. Et pour certains, le cumul emploi-retraite représente une belle opportunité de compléter leurs revenus.

D’après le Ministère de l’Intérieur, « Tout retraité de l’Assurance retraite du régime général de la Sécurité sociale peut reprendre ou poursuivre une activité professionnelle. » Néanmoins, le gouvernement indique aussi que le cumul emploi-retraite doit se faire « sous certaines conditions. » 

Dans un premier temps, rappelons que pour percevoir sa retraite de base, un travailleur doit cesser son activité professionnelle. Mais il peut poursuivre d’autres occupations :

  • Les activités affiliées à des régimes de retraite à l’étranger.
  • Le bénévolat
  • Les activités scientifiques et littéraires.
  • Les emplois qui donnent droit à un logement.

En dehors de ces activités, on parle de cumul emploi-retraite. Dans ce cas, il faut veiller à respecter certaines règles.

Opter pour le cumul plafonné ou intégral ?

Si vous souhaitez reprendre le travail, et bénéficier d’un cumul emploi-retraite intégral, voici les deux critères à remplir.

  • Avoir obtenu l’ensemble de vos retraites (régime de base et pensions complémentaires).
  • Avoir droit à une pension à taux plein. D’après la Sécurité sociale, il existe deux façons de l’obtenir.  » À partir de l’âge d’obtention de la retraite au taux maximum (aussi appelé retraite à « Taux plein », 67 ans pour les personnes nées en 1955 ou après). Ou dès que vous avez à la fois 62 ans et la durée d’assurance nécessaire pour obtenir une retraite au taux maximum. »

Si vous réunissez ces deux conditions, vous pouvez bénéficier du cumul emploi-retraite, et reprendre une activité dès la fin de votre carrière.

En revanche, si vous ne remplissez pas ces critères, vous pourrez travailler à nouveau, mais avec plus de contraintes. Cette pratique porte le nom de cumul emploi-retraite plafonné. En cumulant votre pension et votre salaire, vous ne devez pas dépasser certains montants :

  • La moyenne des revenus d’activité des trois derniers mois de votre carrière.

  • Ou, un montant fixé à 1,6 fois le niveau SMIC.

Le plafond retenu reste le plus avantageux pour le retraité. Néanmoins, si les revenus obtenus dans le cadre du cumul emploi-retraite excède cette limite, le gouvernement précise que la retraite sera réduite. Et ce « en fonction du montant du dépassement ».

Dans certains cas, il faut aussi prévoir un délai d’attente avant la reprise de votre activité professionnelle, après le départ en retraite. si vous changez d’employeur, vous pouvez travailler tout de suite. Mais si vous poursuivez votre activité dans la même entreprise, vous devrez vous interrompre, pour une durée de six mois. Enfin, l’assurance retraite rappelle que vous devrez informer votre caisse de retraite au plus tôt. En clair, vous disposez d’un mois pour  » transmettre tous les éléments d’information et les pièces justificatives relatives à cette reprise. »

Source : TF1

Accueil / Actualités / Cumul emploi-retraite : dans quels cas pouvez-vous continuer à travailler ?