Attentats de Paris : L'État Français condamné à verser 500 euros à Salah Abdeslam, seul terroriste survivant du 13 Novembre

Par Foozine, le 08 Juillet 2019, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Ses conditions de détention ayant été jugées illégales (Salah Abdeslam est surnommé 'l'homme le plus surveillé de France'), l'État Français s'est vu condamné à verser 500 euros au seul djihadiste survivant des attentats du 13 Novembre 2015 qui avaient fait 129 morts et 354 blessés hospitalisés.

1562578525-salah1.jpg

Cette condamnation a été révélée dans le livre 'Le Journal de Frank Berton' écrit par la journaliste de L'Obs Elsa Vigoureux. Selon cette dernière, Salah Abdeslam n'aurait appris l'existence de cette condamnation qu'en 2018 lorsque l'établissement pénitentiaire a demandé à son avocat les coordonnées bancaires du djihadiste. Ce dernier a toutefois refusé de toucher cette somme.

Dans le détail, juste après l'arrestation du seul survivant parmi les djihadistes des attaques du 13 Novembre 2015, le ministre de la Justice en place, Jean-Jacques Urvoas, étendait le dispositif de vidéo-surveillance aux cellules avec un nouvel arrêté en décidant dans la foulée de l'appliquer au jeune homme.. 24h sur 24. L'avocat de Salah Abdeslam à l'époque (Me Breton qui a entre-temps abandonné la défense de son ancien client) avait pointé du doigt un grave manquement du droit au respect de la vie privée.

1562578517-salah2.jpeg

De fait, en l'absence d'une loi le permettant, l'arrêté pris par le Garde des Sceaux était en effet illégal comme l'a reconnu le tribunal administratif en 2017. Une loi reprenant quasiment mot pour mot l'arrêté mis en place a été finalement votée en 2016 mais la surveillance de Salah Abdeslam entre son arrestation en 2015 et cette date a donc bien été reconnu comme contraire à la loi, d'où la condamnation.