Ce couple lesbien a été agressé par au moins 4 hommes pour avoir refusé de s'embrasser

Par Foozine, le 07 Juin 2019, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Dans un bus de nuit en direction du quartier de Camden à Londres, un couple lesbien a été victime d'une agression homophobe. Melania Geymonat, une hôtesse de l'air de 28 ans, raconte l'agression dont elle et sa petite amie américaine, Chris, ont été victimes dans la nuit du jeudi 30 au vendredi 31 mai.

En publiant une photo de leurs visages ensanglantés, la jeune femme a raconte qu'elles rentraient toutes les deux après une soirée quand un groupe de quatre hommes aurait commencé à les interpeller : 'Ils ont commencé à se comporter comme des hooligans, en nous demandant de nous embrasser pour qu'ils puissent regarder, ils ont lancé des insultes lesbophobes et se sont mis à décrire des positions sexuelles' raconte t-elle.

'Chris a même fait semblant d'être malade. Mais ils n'arrêtaient pas de nous harceler. Ils nous lançaient même des pièces de monnaie et ça avait l'air de les amuser de plus en plus' poursuit-elle.

Puis Chris s'est retrouvée au milieu du bus à se battre avec eux et les choses ont dégénéré. C'est seulement lorsque le bus s'est arrêté que la police est intervenue, le groupe d'hommes a pris la fuite et en a profité pour dépouiller les deux jeunes femmes de leurs affaires.

Révoltée, elle finit son message par :'Ce qui me met le plus en colère, c'est que la violence est devenue banale, qu'il est parfois nécessaire de voir une femme en train de saigner après avoir été frappée pour qu'il y ait un impact. J'en ai ras-le-bol d'être prise pour un objet sexuel, ou de découvrir que ce genre de situation est commun, que des amis gays sont frappés, juste 'parce que'. On subit harcèlement et chauvinisme, misogynie et homophobie violente, parce que quand vous vous défendez, c'est le genre de truc qu'il se passe' conclut-elle.

Un problème de société

L’homophobie est un problème qui persiste partout dans le monde. Les victimes de discriminations sont encore beaucoup trop nombreuses. Le nombre de témoignages reçus par l’association SOS homophobie est de plus en plus important. Il était de 1 905 pour l’année 2018. Ce chiffre peut également s’expliquer par le fait que les gens osent de plus en plus dénoncer les violences dont ils sont victimes. Le problème de la gayphobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie est cependant loin d’être réglé. Le nombre d’agressions physique inquiète cependant beaucoup l’association qui note une hausse significative des actes de violence.

L’intolérance au quotidien

La plupart des témoignages, soit près de deux tiers, proviennent d’hommes. Plus de la moitié des actes de discrimination ont lieu dans des contextes de vie quotidienne, qu’il s’agisse du lieu de travail, de lieux publics, ou encore du contexte familial. Bien que les droits des homosexuels progressent en France, notamment dans le domaine de l’égalité, la tolérance n’est pas encore partagée par tous. Les couples qui s’affichent ouvertement s’exposent malheureusement à des actes de violence et de discrimination. L’homophobie est pourtant un terme qui est apparu très tard dans le dictionnaire. On le retrouve pour la première fois à la fin des années 1990 alors que cette forme d’intolérance existe depuis bien longtemps.