Cette sublime couverture de National Geographic dénonce l'état déplorable de la planète

Par Foozine, le 18 Mai 2018, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Dans son numéro de juin, National Geographic s'attaque à l'iceberg qu'est la pollution plastique des océans. Et pour lancer cette campagne de sensibilisation intitulée 'Planet or plastic ?', le magazine a illustré son numéro avec l'iconographie trompeuse d'un sac plastique à la dérive en pleine mer et qui ressemble fortement à un des fameux blocs de glace.

Beaucoup d'entre nous sont conscients qu'il y a beaucoup trop de plastique dans notre environnement. L'un des objectifs de la campagne du magazine iconique cherche à changer la façon dont les consommateurs utilisent le plastique.
Cette sublime couverture de National Geographic dénonce l'état déplorable de la planète
La campagne identifie les sacs en plastique, les bouteilles et les pailles comme des produits problématiques, et exhorte les consommateurs à s'engager à réduire considérablement leur utilisation de ces produits en faisant des choix conscients et simples.
Cette sublime couverture de National Geographic dénonce l'état déplorable de la planète
Ces images puissantes et déchirantes illustrent clairement les dommages que 9 millions de tonnes de déchets plastiques causent chaque année à notre environnement et à la faune, et sont le début d'une initiative qui s'échelonnera sur plusieurs années pour la réduire.
Cette sublime couverture de National Geographic dénonce l'état déplorable de la planète
Les scientifiques et les chercheurs du magazine espèrent combler les lacunes dans les connaissances sur les impacts à long terme du plastique, car il se dissout en particules microscopiques qui finissent par entrer dans notre chaîne alimentaire.
Cette sublime couverture de National Geographic dénonce l'état déplorable de la planète
Ils visent également à mieux comprendre son parcours depuis la source ici sur terre jusqu'aux profondeurs des fonds marins les plus reculés.
Cette sublime couverture de National Geographic dénonce l'état déplorable de la planète