Compteur Linky : dans quel cas pouvez-vous le refuser et comment faire, on vous explique tout

Le déploiement du nouveau compteur Linky dans l'Hexagone suscite une vive polémique. Face aux problématiques concernant la santé, la confidentialité des données personnelles et le prix du compteur Linky, des milliers de foyers déclarent vouloir refuser son installation. Le compteur Linky est-il une obligation ou non ? En pratique, est-il possible de refuser son installation ? Foozine vous dit tout.

Source : Capture Instagram

Développé par Enedis, anciennement ERDF (Électricité Réseau Distribution France), Linky est le nom du compteur électrique communicant. Enedis, principal gestionnaire du réseau électrique de distribution en France s’engage, en 2015, à installer Linky dans tous les foyers français. En théorie, vous ne pouvez pas vous opposer au remplacement de votre compteur. Mais en pratique, peut-on légalement refuser l’installation de Linky ? Compteur qui fait tout de même l’objet de controverses et de contestations de la part de nombreux particuliers.

Les avantages du compteur Linky

Chez une grande partie des consommateurs Français, de nouveaux usages électriques font leur apparition. Des usages  tels que recharger sa voiture électrique, gérer sa production individuelle d’électricité ou simplement maîtriser sa consommation au plus juste. Jusque là, les compteurs électriques en place n’étaient pas adaptés à tous ces besoins modernes. Leur remplacement était donc plus que nécessaire par le compteur Linky.

Ainsi, censé favoriser le développement des énergies renouvelables, des véhicules électriques, et de l’autoconsommation, le compteur Linky permet d’agir considérablement sur la maîtrise de l’énergie.

De plus, le compteur Linky est inscrit dans la loi relative à la « transition énergétique pour la croissance verte ». Cette loi est en application des directives européennes. Elle vise aussi à encourager une « croissance verte » en réduisant la facture énergétique de la France. Ceci favorise donc les énergies dites « nouvelles », propres et sûres.

Déjà plus de 3 foyers français sur 4 sont équipés du compteur Linky par Enedis. Et dans le monde, plus de 700 millions de compteurs communicants sont actuellement installés en Europe, aux États-Unis, au Canada, en Chine. Ce nombre devrait atteindre 1,5 milliard fin 2022 !

Il est évident que Linky promet de très nombreux avantages pour les consommateurs, mais également pour le gestionnaire de réseau et tous les fournisseurs d’électricité. Pourtant, son entrée en scène semble bousculer de très nombreux consommateurs.

Peut-on refuser son installation ?

Le gestionnaire du réseau de distribution est théoriquement en droit de procéder au remplacement du compteur malgré votre désaccord. En effet, l’appareil relève de sa responsabilité. Pourtant les nombreux anti-Linky sont en ébullition, par crainte des risques de rayonnements électromagnétiques qu’émettrait le courant porteur en ligne. (CPL). Ils craignent également des risques d’incendie, ou des risques d’exploitation des données relatives à leur vie privée.

Avant toutes choses, il est essentiel que vous sachiez que tous compteurs électriques, et de fait les compteurs Linky, n’appartiennent pas au propriétaire (ou locataire) d’un logement. La législation française dispose clairement (par le biais des articles L322-8 du code de l’énergie et 29 de la loi de transition énergétique du 17 août 2015) que les dispositifs de comptage sont la propriété des collectivités locales, qui cèdent ensuite leur gestion à ENEDIS.

Deux exceptions à la règle du compteur Linky

Pour autant, il est possible de refuser l’installation du compteur Linky dans seulement deux cas :

  • L’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques
  • Le respect de la propriété privée

En ce qui concerne les ondes électromagnétiques, en effet, des tribunaux ont reconnu l’hypersensibilité de quelques particuliers. Pour y remédier, Enedis se voit dans l’obligation de retirer les compteurs Linky chez les personnes atteintes de ces troubles. Ces nouveaux compteurs reposent effectivement sur la technologie dite des CPL (courant porteur de ligne), qui émet des champs électromagnétiques dont les radiofréquences pourraient être « potentiellement cancérigènes« , selon le CIRC (Centre International de la Recherche sur le Cancer. Nombre de consommateurs se sont mobilisés pour dénoncer le danger sanitaire que représentent les compteurs Linky. Ils réclament un droit au principe de « précaution sanitaire ». Pourtant, des téléphones portables, en passant par les réseaux wifi, ou les casques sans-fil… nous utilisons au quotidien de plus en plus d’objets qui fonctionnent avec des ondes électromagnétiques.

Quoi qu’il en soit, si vous faites partie des personnes électrosensibles, votre plein droit est de demander le retrait ou de refuser l’installation du compteur Linky !

En revanche, il est important que vous sachiez qu’à partir de 2023, les ménages qui auront refusé l’installation du compteur Linky et qui n’auront pas communiqué leur relevé de consommation durant les douze derniers mois paieront un supplément de 8,30 euros tous les deux mois. Soit 49,80 euros par an, pour couvrir les coûts des relevés de compteur. À noter également que les personnes refusant l’installation ne pourront pas profiter des tarifs réduits d’intervention qu’offre le nouveau compteur !

Accueil / Actualités / Compteur Linky : dans quel cas pouvez-vous le refuser et comment faire, on vous explique tout