Des ados font de la chirurgie pour ressembler aux filtres Snapchat

Par Foozine, le 04 Août 2018, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Sur Snapchat, la majorité des abonnés utilisent les filtres, ces derniers ont pour objectif d'embellir notre visage grâce à plusieurs artifices : grands yeux de biche, lèvres pulpeuses, ou encore cils plus grands, le réseau met à disposition plusieurs filtres qui permettent de changer complètement notre tête ! D'après plusieurs médecins, il semblerait que les filtres de Snapchat inciteraient les utilisateurs à faire de le chirurgie pour avoir cette tête au quotidien !

Conséquence: de plus en plus de gens consultent des chirurgiens plasticiens avec pour objectif de ressembler le plus possible à ces fameux filtres.
Des ados font de la chirurgie pour ressembler aux filtres Snapchat
Neelam A Vashi, une dermatologue décrit une tendance 'alarmante dans la mesure où les filtres appliqués aux selfies font apparaître un physique inaccessible et amenuisent la frontière entre la réalité et le fantasme pour ces patients'. Elle appelle ses confrères à ne pas accepter d'opérer ce genre de personnes.
Des ados font de la chirurgie pour ressembler aux filtres Snapchat
Avec l'émergence des réseaux sociaux d'images, comme Instagram, modifier son visage est devenu la norme. 'L'omniprésence de ces images filtrées peut avoir de lourdes conséquences sur l'estime de soi', expliquent les médecins, avant d'alerter sur cette pratique, qui pourrait 'agir comme un déclencheur, conduire à une forme de dysmorphobie'
Des ados font de la chirurgie pour ressembler aux filtres Snapchat
De plus, les adolescentes qui sont le plus actives sur les réseaux sociaux sont aussi plus susceptibles d’être atteintes de ces troubles.
Un manque de confiance en soi qui pousse certaines adolescentes à l'action
Des ados font de la chirurgie pour ressembler aux filtres Snapchat
Neelam A Vashi évoque par ailleurs une demande croissante des patients pour des opération leur permettant d'être plus beaux sur les selfies. En 2017, 55% des chirurgiens américains y ont déjà été confrontés, contre 42% en 2015. Le médecin mentionne l'une des causes potentielles de ce besoin: la déformation du visage liée à la longueur focale des appareils photo qui équipent nos smartphones.
Des ados font de la chirurgie pour ressembler aux filtres Snapchat