En France, on développe les logements gratuits pour réinsérer les sans-abris avec succès

Par Foozine, le 15 Mars 2019, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Le nombre de personnes sans-abri a bondi de 58% entre 2001 et 2012, date du dernier recensement, et continue d'augmenter selon la Fondation Abbé Pierre. Ainsi, les 140 000 places d'hébergement ne suffisent plus à répondre à la demande.

Le dispositif venu des Etats-Unis, 'Housing First' ou 'Logement d'abord' entend réduire le nombre de sans-abris d'ici la fin du quinquennat. Un dispositif expérimenté avec succès depuis 2011 à Toulouse, Marseille, Lille et Paris, auprès de 700 personnes, qui devrait s'étendre à seize nouvelles villes d'ici 2022, et qu'un rapport du Conseil économique social et environnemental, publié ce 12 décembre, appelle à développer en urgence à plus grande échelle.

sans abris logement gratuit

Le principe est simple : il s'agit de loger les sans-abri sans conditions préalables, sans exiger l'arrêt de la consommation d'alcool par exemple, un revenu minimum ou un casier judiciaire vierge. L'autre pilier du dispositif repose sur l'organisation d'un accompagnement adapté, modulable et pluridisciplinaire auprès des personnes, que ce soit en termes de santé, d'accès à l'emploi, de gestion du quotidien. Car il faut qu'à terme, les nouveaux locataires puissent se réinsérer dans la société et devenir progressivement autonomes.

housing first

À Paris, le coût moyen est estimé à 14 500 euros par personne, mais reste inférieur au coût des interventions répétées des services sociaux, hospitaliers ou de police.

Imaginé à New-York, le dispositif a été expérimenté dans l'Etat de l'Utah entre 2005 et 2015. Résultat : 74% de sans-abri en moins à Salt Lake City (1932 au départ) et 80% des bénéficiaires ont réussi à conserver leur toit. Devant ce succès, le gouvernement a décidé d'élargir le dispositif à 16 nouvelles villes d'ici 2022 à raison de 100 personnes par ville.