Evincée du débat présidentiel, Anne-Sophie Lapix s’exprime enfin et balance tout !

Anne-Sophie Lapix, évincée, à la demande des candidats, de l’animation du débat présidentiel, sort de l'ombre et se confie au Parisien.

Evincée du débat présidentiel, Anne-Sophie Lapix s’exprime enfin et balance tout !

Anne-Sophie Lapix n’a pas pu animer le débat des présidentielles. Elle s’exprime enfin et se confie à nos confrères du Parisien. La journaliste à la tête du 20 Heures et des soirées électorales de France 2 a été écartée, à la demande des candidats à la présidentielle, de l’animation du débat de l’entre-deux tours.

En effet, le Mercredi 20 avril, 2022, les journalistes Léa Salamé et Gilles Bouleau animaient le débat entre les deux candidats à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Anne-Sophie Lapix, un temps envisagée pour animer ce face à face, a été écartée.

Près de trois mois plus tard, la star du 20 Heures sort de l’ombre et réagit pour la première fois. Ce samedi 9 juillet elle livre des confidences inédites dans les colonnes du Parisien.

Anne-Sophie Lapix évincée

Anne-Sophie Lapix a répondu aux questions du Parisien, ce samedi 9 juillet. Elle se livre notamment sur son éviction de sa présence au débat avant le second tour. C’était le débat de l’entre-deux tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Le rejet opposé par les deux candidats de la voir animer le face-à-face ne semble pas avoir énervé la journaliste. Les deux candidats à l’élection présidentielle ont, en effet, demandé ça à France 2 de ne pas laisser Anne-Sophie Lapix « arbitrer » ces instants pendant lesquels ils séduiraient les indécis.

« Marine Le Pen ne souhaite pas qu’Anne-Sophie Lapix anime le débat. » C’est ce qu’avait déclaré Jordan Bardella sur le plateau de CNews, le lundi 11 avril. En effet, invité de Pascal Praud, le Présidente du RN a alors expliqué que la journaliste de France 2 n’arriverait pas « à dissimuler son hostilité. » vis-à-vis de la candidate de son parti. Et Jordan Bardella d’ajouter sans détour que cette décision était aussi « celle de son adversaire Emmanuel Macron ».

Un reproche qu’ Anne-Sophie Lapix nie en bloc. « Je n’ai aucune animosité personnelle envers quiconque. Quand j’interviewe les politiques, c’est sur leurs programmes, promesses, engagements et contradictions. Je cherche où se trouve le problème, le loup, parce que c’est important, intéressant et que c’est mon rôle. […]

Après, on peut plus ou moins apprécier mon ton », se défend-elle. Elle avoue ensuite, quant au ton qu’elle peut parfois employer. « Travailler pour le rendre plus neutre. » et « gommer l’ironie et même le sourire ». « Au 20 Heures, ça ne passe pas », s’épanche-t-elle.

La journaliste gagne au change

« Cela ne m’a pas surprise que Marine Le Pen n’ait pas envie que ce soit moi. Puisque c’est un moment important pour les candidats ». Puis, Anne-Sophie Lapix ajoute « je n’aurais pas eu le même ton en animant un débat que celui que j’ai pour mes interviews ».

Ce remue-ménage médiatique la concernant a eu le mérite de la toucher à vif de manière positive. « J’ai été très surprise par la réaction de ceux qui ont dénoncé le fait que les politiques puissent récuser des journalistes.

Le refus des deux principales personnalités politiques de venir sur le 20 Heures aurait pu me mettre dans une situation impossible et fragile. Mais vous noterez qu’Emmanuel Macron comme Marine Le Pen sont venus depuis », a ainsi conclu Anne-Sophie Lapix.

Mais Anne-Sophie Lapix n’a pas pu animer le débat du deuxième tour mais elle assure clairement avoir gagné au change. En effet, elle voit le côté positif de cette éviction et de sa polémique. « Cette polémique m’a permis d’avoir Emmanuel Macron dans le 20 Heures au lendemain du débat. On essayait de le décrocher depuis le début de l’année sans succès. Cette fois, cela s’est fait simplement ». confie-t-elle.

Voilà, C’est dit !

Crédit photo : capture Tv France 2

Accueil / Actualités / Evincée du débat présidentiel, Anne-Sophie Lapix s’exprime enfin et balance tout !