Il buvait trop de boissons énergisantes, sa langue se décompose

Par Foozine, le 29 Mars 2019, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Consommateur régulier de boissons énergisantes, un homme a partagé une photo de sa langue sur son compte Facebook pour montrer à quel point elle a été rongée par les produits chimiques contenus dans ces boissons. Dan Royals en buvait environ 6 par jour pour se donner un coup de fouet et a voulu prévenir les autres consommateurs des conséquences sur sa santé.

Professeur des écoles, il prévient les accros à ces boissons : 'Peut-être devriez-vous réfléchir à nouveau. C'est ce que cette merde fait à votre langue, imaginez à quoi ça ressemble à l'intérieur de votre corps.'

langue boissons énergisantes

'Jusqu'à maintenant, je buvais 5 à 6 canettes et je me brossais les dents quotidiennement. Je suis allé voir le docteur et puis boum! J'ai découvert que les produits chimiques contenu dans ces boissons énergisantes avaient fait ça à ma langue. Ça m'a littéralement dévoré la langue. Alors faites bien attention les amis.'

Suite à la publication de cette photo, les internautes ont vivement réagi en questionnant Dan à propos de son hygiène buccale, craignant que son problème de langue ait été cause par d'autres problèmes de santé. Mais il a répondu en expliquant qu'il prenait bien soin de sa bouche et que même s'il fumait la cigarette, les médecins lui avaient clairement fait savoir que cette détérioration de la langue n'était pas liée à ça.

N.B. : De nombreux commentaires sur notre page principale tentent de faire croire qu'il s'agit d'une fausse info et que cette personne est atteinte d'une pathologie appelée 'langue géographique'. Alors en fait non, la rédactrice de cet article est elle-même atteinte de langue géographique, c'est une maladie auto-immune dont les origines restent inconnues (on vous prépare un autre article sur le sujet). Ici les médecins ont ausculté Dan et en ont conclu qu'il s'agissait d'une détérioration de sa langue du aux nombreux produits chimiques des boissons énergisantes qu'il consommait en grande quantité. A moins que vous n'ayez vous-même ausculté le jeune garçon et que vous vouliez proposer un contre-diagnostic aux médecins compétents, merci de ne pas nous accuser de répandre de fausses informations et d'essayer de vous croire plus malins que les médecins ayant posé le premier diagnostic.