Il dénonce l'impact de la pression sociale en photographiant les marques laissées par les vêtements féminins

Par Foozine, le 18 Janvier 2019, dans mode
Rejoins Foozine sur FB  

Qui n'a jamais remarqué en enlevant ses vêtements, l'empreinte de son jean, de son soutien-gorge ou de sa culotte sur sa peau ? Si tous ces détails paraissent anodins, ils représentent en réalité l'inconfort permanent dans lequel beaucoup de femmes acceptent de s'habiller au quotidien. 

Même si le choix de porter des habits moulants revient à chacune, les femmes sont les premières à subir la pression sociale qui veut que leur apparence physique soit séduisante, avec des vêtements près du corps. C'est ce sujet qu'a voulu traiter le photographe californien Justin Alexander Bartels.

Il dénonce l'impact de la pression sociale en photographiant les marques laissées par les vêtements féminins
Dans sa série de photos intitulée Impressions, le photographe dévoile ces corps marqués par les vêtements trop serrés afin de porter un message fort à l'attention de toutes les femmes et de l'industrie de la mode.
Il dénonce l'impact de la pression sociale en photographiant les marques laissées par les vêtements féminins
Il explique notamment que le fait 'Que tant de femmes portent des vêtements inconfortables ou contraignants, soit pour impressionner ou attirer les autres, soit pour leur propre estime de soi'
Il dénonce l'impact de la pression sociale en photographiant les marques laissées par les vêtements féminins
'Selon le pays ou la région où vous vivez, l'idéal de beauté féminin est différent. En Californie du Sud, l'image et la beauté sont primordiales, tant et si bien qu'il devient très difficile pour la majorité des femmes de rester en phase avec ces idéaux. Une femme 'normale' doit conserver une silhouette fine, une peau nette, une taille haute et porter les marques de mode et de cosmétique tendance...'
Il dénonce l'impact de la pression sociale en photographiant les marques laissées par les vêtements féminins
Du jean slim au string en passant par les talons hauts, c'est une brutalité quotidienne que l'on s'inflige sans plus réfléchir.
Il dénonce l'impact de la pression sociale en photographiant les marques laissées par les vêtements féminins