La Police à bout de nerfs : 'Si ça continue, ce sera les gilets bleus', un appel à la grève pour.. Samedi !

Par Foozine, le 06 Décembre 2018, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Le syndicat de police Vigi a rejoint, mercredi 5 décembre, le mouvement des 'gilets jaunes' et appelle à une grève illimitée des fonctionnaires exerçant des missions supports dès ce samedi 8 décembre lors de l'Acte IV de la mobilisation ! Cet appel à la grève concerne les personnels administratifs, techniques et scientifiques, ainsi que les ouvriers d'Etat et les cuisiniers du ministère de l'Intérieur.

Après trois semaines de mouvement des gilets jaunes, les forces de l'ordre sont très sollicitées pour prévenir les débordements qui émaillent parfois certaines manifestations, les policiers sont exaspérés ! Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat de SGP police-FO a témoigné du ras-le-bol des policiers face à la violence.

'Notre hiérarchie va encore nous envoyer prendre les coups à sa place et à la place du gouvernement. Nous savons que nous aurons des blessés et nous craignons d'avoir des morts parmi nous. Nous avons choisi cette date exprès pour lancer la grève. Nous espérons ainsi ennuyer le gouvernement et le contraindre à négocier' déclare le syndicat.
La Police à bout de nerfs : 'Si ça continue, ce sera les gilets bleus', un appel à la grève pour.. Samedi !
Yves Lefebvre rappelle qu'aucune demande de manifestation n'a été déposée et qu'ainsi 'on ne peut pas interdire quelque chose qui n'est pas demandé'. Selon lui, passer à l'Etat d'urgence ne changerait rien. La chose la plus importante serait de 'mieux traiter les policiers qui sont au bord de la rupture'.
La Police à bout de nerfs : 'Si ça continue, ce sera les gilets bleus', un appel à la grève pour.. Samedi !
'Les policiers en ont marre. Ce n'est pas la pseudo-prime annoncée par Macron qui va nous satisfaire. Il y a 25 millions d'heures supplémentaires à nous payer. On va rétablir l'ordre public mais après ça, si on n'a pas de réponse haute et forte, et là je m'adresse à Emmanuel Macron, ce sera à notre tour de descendre dans la rue. Et après les gilets jaunes, ce sera les gilets bleu marine de la Police nationale. On sera intraitables. J'ose espérer qu'ils m'entendent' poursuit-il.
La Police à bout de nerfs : 'Si ça continue, ce sera les gilets bleus', un appel à la grève pour.. Samedi !