L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme une maladie mentale

Par Foozine, le 15 Juin 2018, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

L'immersion dans un autre monde multicolore avec des aventures sans fin et des combats en compétitions est attrayante pour beaucoup de joueurs. Mais pour ces gameurs, il n'est pas question d'addiction, simplement de plaisir. Ce qui n'est pas le cas pour certains médecins, qui tentent de faire reconnaître cette addiction comme une maladie, au même titre que l'addiction aux jeux de hasard.

En janvier 2017, l'OMS avait annoncé qu'elle réfléchissait à classer l'addiction aux jeux vidéo comme une maladie, comme pour les jeux de hasard. Une enquête sur cette addiction estime qu'un jeune de 14 à 24 ans sur six s'adonne plus de 5 heures par jour aux jeux vidéo et 7% plus de 8 heures.
L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme une maladie mentale
L'addiction est reconnue quand la consommation excessive de jeux entraîne 'une altération non négligeable des activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles ou d'autres domaines importants du fonctionnement' pendant un an.

Ce n'est pas seulement le nombre d'heures de jeu, mais les répercussions qu'elles ont qu'il faut regarder !
Mais également l'impact sur la santé physique du joueur, comme des sécheresses oculaires, ou des douleurs musculo-squelettiques qui peuvent apparaître.
L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme une maladie mentale
Mais qu'est ce que cette reconnaissance mondiale pourrait changer pour les patients ? Des médicaments remboursés, un congé maladie si besoin, mais surtout une prise en charge plus spécifique. Mais les experts ne nient pas qu'il existe aussi un risque de diagnostics exagérés, et que ces patients, désormais atteints de troubles mentaux, risquent d'être stigmatisés. À ce jour, aucune étude épidémiologique n'a pu conclure de manière irréfutable qu'il existait une addiction aux jeux vidéo.
L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme une maladie mentale
Certains voient aussi l'opportunité de mieux prévenir ces risques d'excès de consommation de jeux vidéo, en diffusant des messages d'alerte quand on remarque que le gamer joue douze heures par jour, ou un numéro gratuit comme pour les addicts aux jeux d'argent. Pour cela il faut toucher également les parents, qui peuvent s'inquiéter pour rien ou au contraire passer à côté des alertes.
L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme une maladie mentale