Le tireur Australien dit s'être radicalisé le jour de l'élection de Macron

Par Foozine, le 15 Mars 2019, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Ce vendredi à Christchurch, plusieurs assaillants ont attaqué deux mosquées de la ville alors que de nombreux fidèles étaient rassemblés en ce jour de prière. Le tireur qui a filmé toute la scène a revendiqué les attaques dans un manifeste où il évoque très largement les attentats, Emmanuel Macron et le Rassemblement national.

Le texte, long de 74 pages intitulé 'le Grand remplacement' déclare que le tireur voulait s'en prendre à des musulmans. Le titre semble être une référence à une thèse de l'écrivain français Renaud Camus sur la disparition des 'peuples européens', 'remplacés' selon lui par des populations non-européennes immigrées, qui connaît une popularité grandissante dans les milieux d'extrême droite. Un thème cher également à l'essayiste Eric Zemmour.

Ce texte explique qu'il représente 'des millions d'Européens et autres ethno-nationalistes qui veulent vivre en paix au sein de leur propre peuple' et vouloir combattre des 'envahisseurs' qui 'veulent occuper les terres de son peuple, et ethniquement remplacer son propre peuple'

tireur nouvelle zélande

Dans ce manifeste, que les autorités encouragent à ne pas consulter ni partager, le tireur dit qu'il est né en Australie dans une famille aux revenus modestes et qu'il a 28 ans. Il déclare que les moments clés de sa radicalisation furent la défaite de la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen à la présidentielle française de 2017 et une attaque au camion qui a fait cinq morts à Stockholm en avril 2017, dont une fillette de 11 ans. Brenton Tarrant mentionne précisément l'élection de 2017 dans l'Hexagone. 'L'internationaliste, mondialiste, anti-blancs, ex-banquier, a gagné, écrit-il. Ce n'était même pas serré. La vérité de la situation politique était soudainement impossible à accepter. Ce jour-là, mon désespoir s'est installé. Ma croyance dans une solution démocratique a disparu.'. Il se serait donc radicalisé le jour de l'élection d'Emmanuel Macron.

L'état des villes et cités françaises est également évoqué dans ses justifications. Il affirme avoir, lors d'un voyage en France, découvert que les histoires sur 'l'invasion de la France par les non-blancs' étaient 'non seulement vraies mais profondément sous-estimées'. 'Dans chaque ville française, les envahisseurs étaient là'. Il estime également que 'le peuple français' qu'il a croisé dans les rues était 'laissé seul, sans enfant, ou d'un âge avancé. Alors que les immigrants étaient jeunes, pleins d'énergie avec des familles nombreuses et beaucoup d'enfants'.