Les actes de maltraitance sur les chevaux en augmentation, les associations débordées

Par Foozine, le 25 Mars 2019, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Les chiens et les chats ne sont pas les seules victimes de maltraitance, les associations de défense animale doivent aussi faire face à l'arrivée massive de chevaux, ânes et poneys dans leurs refuges adaptés aux équidés, mais il y en a de plus en plus et la place manque cruellement.

'On récupère des lots de 40, 50, voire 150 chevaux dans des états déplorables. Certains ont eu les yeux crevés pour qu'ils ne se sauvent pas' témoigne Viviane Roussel, secrétaire générale de La Ligue Française de la protection du cheval. Elle tire la sonnette d'alarme auprès des autorités pour endiguer la recrudescence des actes de maltraitance envers les équidés et insiste sur le fait qu'il est difficile de placer un cheval qui a été traumatisé et qu'il faudrait un permis de détention car il faut avoir un minimum de connaissance pour avoir un cheval.

chevaux maltraités

Un cheval en famille d'accueil coûte près de 150 euros par mois, hors frais sanitaires, à la fondation 30 millions d'amis : 'Un cheval revient plus cher qu'un chien ou un chat à l'entretien et il a besoin de beaucoup d'espace' explique Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 millions d'amis.

De son côté, Arnauld Lhomme, responsable des enquêtes au sein de la Fondation, s'inquiète de l'augmentation des cas de maltraitance en raison du coût élevé des sauvetages et du manque de place : 'Le budget annuel du sauvetage des chevaux s'élève à un million d'euros. C'est un gouffre financier et faute de place nous ne traitons plus que les cas urgents, quand le pronostic vital de l'animal est engagé.' confie t-il.