Les parents de «La petite martyre de l'A10» placés en garde à vue trente ans après les faits

Par Foozine, le 14 Juin 2018, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Le corps de cette petite fille avait été retrouvé en 1987, dans un fossé de l'A10 par des agents de la société d'autoroute. Malgré d'importants moyens déployés, son identité n'avais jusque là pas pu être déterminée. Il aura fallu attendre 31 ans pour que la 'petite martyre de l'A10' retrouve une identité ! Les parents ont été identifiés et interpellés mardi en région parisienne.

Le 11 Août 1987, des agents d'entretien de l'autoroute A10 découvrent dans un fossé à Suèvres, le corps d'une petite fille recouverte d'une épaisse couverture. L'enfant semble ne pas avoir plus de 5 ans, et porte sur le corps d'innombrables traces de coups et de brûlures.
Les parents de «La petite martyre de l'A10» placés en garde à vue trente ans après les faits
Mais l'enfant n'est jamais porté disparu et les gendarmes de la Section de recherche d'Orléans ne parviennent pas à l'identifier. Personne ne la reconnaît sur les plaquettes d'enfants disparus. Son portrait-robot est envoyé dans les écoles maternelles environnantes. En vain.
Les parents de «La petite martyre de l'A10» placés en garde à vue trente ans après les faits
Avec le progrès de la police scientifique et technique, les investigations tentent d'être relancées en 2008. 21 ans après la découverte du corps, l'ADN de la fillette est inscrit au FNAEG, le fichier national automatisé des empreintes génétiques. Des comparaisons ont été réalisées, mais aucun autre ADN ne correspondait.
Les parents de «La petite martyre de l'A10» placés en garde à vue trente ans après les faits
Jusqu'à 2017, où un jeune homme est arrêté pour une affaire banale, mais c'est son ADN qui intéresse surtout les gendarmes. Pour la première fois, une empreinte génétique 'matche' avec celle de la fillette disparue. Les recherches ont permis de conclure qu'il est l'un des six frères et soeurs de la jeune victime.

Mardi, les parents de la disparue de l'A10 ont été interpellés et placés en garde à vue pour meurtre, recel de cadavre et violences habituelles sur mineur de moins de 15 ans. Ils seront présentés au juge dans la journée.
Les parents de «La petite martyre de l'A10» placés en garde à vue trente ans après les faits