L'invention trop mignonne de cette fillette peut-être bientôt dans tous les hôpitaux

Par Foozine, le 15 Juin 2019, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Elle Casano, aujourd'hui âgée de 12 ans, a été diagnostiquée d'une maladie auto-immune appelée thrombopénie parodiopathique idiopathique à l'âge de sept ans. Cette maladie détruisant ses plaquettes et augmentant le risque de blessures et de saignements, la fillette doit bénéficier toutes les huit semaines d'une perfusion sanguine.

Des risques d’hémorragie

La thrombocytopénie est un déficit du sang en plaquettes. Il faut savoir que les plaquettes, également connues sous le nom de thrombocytes, sont en réalité les cellules sanguines. Ces dernières interviennent dans la coagulation sanguine. Elles forment de petits caillots pour éviter les risques d’hémorragie lorsque l’on se blesse. Les plaquettes jouent donc un rôle essentiel ! Quand une personne est atteinte de thrombopénie, elle souffre d’ecchymoses, ou encore de saignements des muqueuses. Lorsque ces troubles sont inexpliqués, ils sont peut être les premiers symptômes de la maladie.

Une maladie rare

Si certaines thrombopénies peuvent être causés par des médicaments tels que des anticoagulants, d’autres sont d’ordre auto-immun comme la maladie dont souffre la petite fille, c’est-à-dire la thrombopénie parodiopathique idiopathique. Il s’agit d’une maladie du sang, moins grave qu’une leucémie ou qu’un cancer. Elle s’accompagne d’une baisse du taux de plaquettes, et d’une activité trop importante du système immunitaire. Le corps fabrique alors trop d’anticorps qui attaquent les propres plaquettes du malade jusqu’à les détruire. On ne sait pas vraiment à quoi cette maladie auto-immune est due et ce qui la provoque.

'Quand j'ai eu ma première injection, j'ai été surprise et un peu intimidée par l'apparence de la quantité de tubulures (ensemble de tubes, de tuyaux d'une installation) et d'équipement médical sur mon intraveineuse' a déclaré Ella. Effrayée par sa perfusion, cette jeune américain a eu l'idée de la dissimuler en inventant un ours en peluche à fixer sur la potence.

1560587339-1.jpg

Face à l'enthousiasme du corps médical, Ella et sa mère se mettent à fabriquer d'autre Medi Teddy en récoltant les conseils des infirmières pour améliorer son idée. Les ours comportent par exemple désormais une poche en mesh dans leur dos afin de permettre aux soignants de voir quelle quantité de médicament il reste dans la poche.

1560587339-2.jpeg

Dimanche dernier, la jeune patiente et sa mère ont lancé une cagnotte pour récolter 5000 dollars. Ils doivent permettre de lancer la production de 500 ours en peluche, qui seront ensuite distribués gratuitement aux enfants hospitalisés. Plus de 16 000 $ ont déjà été récoltés.

1560587339-4.jpeg

Le but du Medi Teddy est de cacher à l'enfant la poche de perfusion contenant du sang, des dérivés de sang ou un médicament et de lui présenter au contraire un visage amical à regarder.

1560587338-3.jpeg