Maison squattée : les propriétaires ont proposé une somme folle aux occupants, ils balancent !

La maison squattée en Essonne avait agité la toile, mais les victimes de cette affaire ne sont pas celles qu’on croit, découvrez leurs histoire !

Maison squattée les propriétaires ont proposé une somme folle aux occupants, ils balancent !

Le mois de juin dernier, un événement avait fait énormément de buzz. L’information étant même passée dans différents journaux et Journal Télévisé. Cette histoire était celle du couple Élodie et Laurent qui venait d’acheter une petite maison squattée en Essonne.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Parlons News (@parlonsnews)

La maison squattée

C’est le 10 juin que le Parisien a partagé la vidéo. Dans celle-ci, le couple témoigne de la difficulté de leur situation avec beaucoup d’inquiétude. Ils expliquent donc qu’ils sont les propriétaires d’une charmante maison à Ollainville dans l’Essonne. Mais voilà, alors qu’ils l’ont acheté, ils ne peuvent l’occuper.

Et pour cause, cette maison est un squatte. En somme, cela signifie qu’elle est habitée illégalement par des personnes qualifiées donc de squatteurs. Après avoir attendri de nombreuses personnes, et touché de nombreux français, il se trouve que le récit a changé.

En effet, BFMTV a décelé une vérité bien autre que celle donnée par le couple. La chaîne dénonce alors “Ils ont acheté une maison qu’ils savaient occupée illégalement par une famille. Mais ils ont eu du mal à admettre qu’ils étaient au courant de la présence de ces squatteurs notamment à nos équipes, leur récit à ce sujet était un peu flou. 

La vérité n’a pas mit longtemps pour éclater au grand jour après cela. En effet, il semble que les prétendus squatteurs ne soient en réalité que des victimes. Ces derniers ont effectivement subit une arnaque et ne sont en réalité que des victimes. En plus de cette fait arnaquer une maison ils ont subi une haine injustifié à cause de ce couple de menteur.

C’est ainsi que Saber B a fait une interview auprès du Parisien pour rétablir la vérité. D’après nos confrères du Parisien, les victimes ont également choisi de porter plainte pour escroquerie et violences aggravées. 

Les victimes abusées

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Apex News France (@apexnewsfrance)

Le père de famille Saber B explique ainsi comment il a acheté cette maison. La vente s’est passée avec un dénommé Issam A qui serait une connaissance du propriétaire. Il a donc fait signer aux victimes un “faux compromis de vente le 29 août 2021”.

Ce “contrat de gré à  gré comme cela peut se faire en Tunisie” déclare l’avocate de Saber B, Samia Maktouf. Le père de famille précise que “au pays ça se passe comme ça”. Il ne pensait donc pas qu’il y avait de problème avec la vente et que tout était en règle. Pas un seul instant il aurait pu imaginer ce qui se passerait par la suite pour lui et sa famille dans cette nouvelle maison. Surtout qu’il pensait avoir fait les choses bien

Mais en réalité ce contrat était faux. La maison appartient en réalité à la nièce d’une personne décédée. Mais n’ayant pas envie de gérer ce conflit avec les prétendus squatteurs, elle a décidé de mettre en vente la maison.

Mais comme “la maison n’est pas occupée légalement, l’agence la propose donc à bas prixet ce donc au couple Laurent et Elodie. Ceci prouve déjà que le couple était au courant de la situation de la maison.

Le père de famille déclare même que le couple serait venu plusieurs fois lui rendre visite il dit “Ils sont venus me proposer 2.000 euros pour partir, puis 5.000, puis 10 000 ». « Le couple a escaladé le portail, puis a été rejoint par une dizaine d’amis costauds, parfois casqués ou masqués”.

Bien sûr, Laurent nie tout cela fermement. Ainsi à l’heure actuelle la famille de Saber B vit ailleurs, mais ce dernier ne semble pas vouloir rester ailleurs que dans SA maison. 

Crédit photo : capture Facebook

Accueil / Actualités / Maison squattée : les propriétaires ont proposé une somme folle aux occupants, ils balancent !