Première mondiale en France : Un anti-inflammatoire contre les cancers précoces

Par Foozine, le 29 Janvier 2018, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Dans l'institut de recherche du cancer rattaché à un hôpital de Toulouse, c'est une 'première mondiale' en France, un essai vient d'être lancé pour introduire un anti-inflammatoire dans les soins des mélanomes les plus agressifs afin d'améliorer l'efficacité du traitement, et c'est une véritable révolution ! Et ces travaux feront l'objet d'une présentation lors de l'OncoWeek, une manifestation organisée par l'Oncopole de Toulouse autour de la journée mondiale contre le cancer.

Chaque année en France, environ 12 000 cas de mélanome sont diagnostiqués, et ce chiffre pourrait doubler d'ici 20 ans. Des chercheurs toulousains ont récemment découvert un traitement prometteur qui permettrait d'empêcher au maximum la progression ou la récidive des cancers de la peau.
Première mondiale en France : Un anti-inflammatoire contre les cancers précoces
La phase d'essai est lancée : les premiers tests vont concerner 6 patients, puis 6 autres en bénéficieront si il n'y a pas d'effets nocifs.
Puis dans un délai de 18 mois, si il n'y a toujours pas de problème à l'encontre de ce traitement, 18 malades seront testés, avec comme objectif une généralisation d'ici trois/quatre ans.
Première mondiale en France : Un anti-inflammatoire contre les cancers précoces
'L'idée est de lever tous les systèmes de frein du système immunitaire avec cet anti-inflammatoire déjà utilisé pour des maladies auto-immunes comme le psoriasis, la maladie de Crohn ou encore la polyarthrite rhumatoïde'
'Quand le cancer se développe, c’'est qu'il a été capable de neutraliser le système immunitaire. C’est dans ce cas qu'on utilise l'immunothérapie depuis quatre à cinq ans'
Première mondiale en France : Un anti-inflammatoire contre les cancers précoces
'Quand on utilise l’immunothérapie, on créé une inflammation dans le cancer. Et cette inflammation va avoir un effet négatif. Elle va permettre aux cellules cancéreuses de se protéger de l’immunothérapie et la tumeur peut reprendre sa progression'
Après 6 ans de travaux, un protocole est mis en place avec comme but d'éteindre l'inflammation et de laisser le système immunitaire éteindre la tumeur'
Première mondiale en France : Un anti-inflammatoire contre les cancers précoces