Un homme retrouvé mort après 15 jours dans un couloir inutilisé d'un hôpital marseillais

Par Foozine, le 05 Septembre 2019, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Le corps d'un homme de 73 ans a été retrouvé ce mardi 3 septembre au 6ème étage d'une unité désaffectée de l'hôpital de la Conception à Marseille. Il s'agirait d'un patient atteint de la maladie d'Alzheimer qui avait disparu depuis deux semaines.

Le patient était entré à l'hôpital le 19 août à 11h pour une piqûre de chimiothérapie. Trois heures plus tard, il avait disparu. Les infirmières qui était en charge du patient disent qu'il s'est volatilisé alors qu'elles ont 'détourné le regard 30 secondes à peine'.

Sa famille avait porté plainte contre l'hôpital pour 'délaissement' d'une personne vulnérable. Elle avait également lancé un avis de recherche dans la ville et dans la presse régionale, en vain.

homme disparu 15 jours

Mardi, alors que des patients de l'hôpital se plaignaient d'une odeur insupportable, des recherches ont été menées. C'est là que le personnel a trouvé le corps en état de décomposition du patient disparu. La police de Marseille a ouvert une enquête et une autopsie est en cours pour connaître l'origine de la mort du septuagénaire.

Pourtant, Sylvie Breton, directrice générale adjointe de l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille affirme que tout le personnel a cherché partout Jean Ligonnet : 'Notre personnel, largement mobilisé, a réalisé la fouille de l'hôpital à plusieurs reprises : dans tous les bâtiments et également à l'extérieur. On a visionné des vidéos surveillance et affiché la photo de l'homme disparu'.

Des explications qui sont loin de convaincre la famille de Jean Ligonnet : 'On m'a dit 'j'ai cherché partout, dormez sur vos deux oreilles'. Mais 15 jours après, j'apprends que mon père est mort dans un coin, comme un chien, par terre. Je n'ai pas confiance en leurs paroles. Le mal est fait. Ils ont enlevé une vie, tout ça par la négligence, ils n'ont pas tout fouillé. Je suis dégoûté parce que mon père ne méritait pas de mourir dans des circonstances comme ça. Que des personnes laissent mourir une personne comme ça, je n'arrive même pas à y croire' a déclaré le fils de la victime, Jean Hospice.