Une plante dépolluante pour chaque pièce de la maison

Par Julie.D, le 20 Avril 2018, dans lifestyle
Rejoins Foozine sur FB  

Les plantes dépolluantes sont un allié de taille pour débarrasser l’air ambiant de ses composants nocifs. Elles améliorent la qualité de l’air en absorbant les polluants, mais aussi en humidifiant l’air et en rejetant de l’oxygène. Alors pourquoi s’en priver !

Nombreux sont les composés chimiques qui polluent l’air de nos intérieurs. Inodores et incolores, il est parfois difficile de les déceler ! Maux de tête, fatigue et allergies, ils peuvent entrainer de nombreux désagréments. Parmi les polluants les plus répandus se trouvent l’ammoniac, le benzène, le formaldéhyde, le monoxyde de carbone, le toluène, ou encore xylène et le trichloréthylène. On les retrouve dans les produits ménagers, les peintures, le mobilier en bois aggloméré, les textiles, les tapis, et les différentes fumées.

IntroPlantes.jpg

Mais pas de panique, il existe une manière simple de s’en débarrasser grâce aux plantes vertes. Si certaines d’entre elles sont bien connues et se montrent très polyvalentes, comme le lierre, le pothos et le chlorophytum, d’autres moins répandues ont une action ciblée dans certaines pièces de votre maison.

Dans le salon

De par sa taille, qui peut atteindre jusqu’à 2m50 de hauteur, l’Aréca se réserve aux pièces vastes comme le séjour. Cette plante, de la famille des palmiers, est particulièrement décorative en plus d’être particulièrement efficace en matière d’absorption de polluants. Le caoutchouc est lui aussi parfait pour le salon, car il peut être imposant. Il retient principalement le formaldéhyde que l’on retrouve dans le mobilier. Tout comme l’Aréca, il n’aime pas le soleil direct et se plait dans une pièce tempérée.

Salon

Dans la cuisine

L’anthurium a été remarqué par la Nasa, car il est redoutable contre l’ammoniac. C’est pourquoi il trouve naturellement sa place dans la cuisine qui compte de nombreux produits ménagers riches en ammoniac. Car le mobilier de la cuisine en bois aggloméré dégage du formaldéhyde, un polluant particulièrement nocif, on adopte un figuier à feuilles de sabre. Une espèce efficace contre ce composé chimique.

Cuisine

Dans la chambre

Lui aussi très utile contre le formaldéhyde, le Dracaena odorant de Massange est idéal dans une chambre. Le lit, les commodes et les armoires sont souvent faits de bois aggloméré. Pour davantage de polyvalence, on y installe également un dragonnier et un palmier bambou qui donne une touche exotique à la déco. Il a comme seconde particularité d’absorber les produits toxiques utilisés lors de l’entretien du linge. On le place donc près de notre dressing.

Chambre

Dans la salle de bain

Les plantes d’origine tropicale s’y plaisent grâce au taux d’humidité élevé. L’occasion de faire un peu de place pour un Aglaonéma, qui absorbe, le formaldéhyde, une Azalée, qui retient l’ammoniac, ou encore une fougère de Boston.

Salle de bain

Un article signé Julie.D

Issue d’une formation en journalisme et en communication, je me passionne avant tout pour les mots. Mes domaines de prédilection ? Le design, la gastronomie, la musique, et le bien-être au naturel.