Vapotage : Une nouvelle étude souligne la présence de métaux toxiques

Par Foozine, le 24 Février 2018, dans actu
Rejoins Foozine sur FB  

Mauvaise nouvelle pour les vapoteurs : Une étude a été publiée ce mercredi dans la revue scientifique 'Environmental Health Perspectives' par des chercheurs de l'école de santé publique Bloomberg, qui ont échantillonné 56 dispositifs afin de tester trois éléments des cigarettes électroniques : le liquide lui-même, le liquide à l'intérieur de la chambre du stylo à bille et l'aérosol (ou vapeur). L'étude s'intéressait à savoir si cela générait des métaux toxiques et pouvait mettre en danger les vapoteurs. Pour cela, ce sont les liquides de cinq marques de cigarettes électroniques distribuées aux États-Unis qui ont été testées, dont trois représentes 71% de parts de marché. Attention : cette étude s'est déroulée sur le territoire Américain, il faudrait mener une étude similaire en France afin de mettre en évidence le taux de toxicité (qui sera éventuellement moins élevé mais réel tout de même). En effet, on a retiré du marché français les substances douteuses de certains e-liquides fin 2014, au fur et à mesure des études scientifiques (le diacétyle, par exemple). La loi s'en est mêlée, ce qui fait que nos e-liquides français sont soumis à des normes de fabrication tout à fait sérieuses, y compris les arômes (qu'ils soient naturels ou de synthèse). Par contre, et c'est tout le but de cette étude, les accessoires qui accompagnent le produit doivent aussi être de qualité. Il faut prendre garde à ce que les e-liquides n'entrent pas en contact directement avec une résistance qui pourrait laisser passer des particules de métaux toxiques, au moment de l'inhalation (cadmium...). Plus de précision dans la suite de l'article.

Source : Mashable.com (english), LeParisien.fr (français)

L'étude ayant pour but de savoir si les cigarettes électroniques génèrent des métaux toxiques pour les utilisateurs s'est avérée juste.
Vapotage : Une nouvelle étude souligne la présence de métaux toxiques
Il n'y avait pas une quantité significative de métaux toxiques dans le liquide e-cig lui-même, mais dans plus de la moitié des e-cigs, le liquide contenu dans le distributeur et l'aérosol renferme du chrome, du nickel et du plomb.
Vapotage : Une nouvelle étude souligne la présence de métaux toxiques
Selon les auteurs de l'étude, le chrome et le nickel ont été associés aux maladies respiratoires et au cancer du poumon.
Vapotage : Une nouvelle étude souligne la présence de métaux toxiques
Alors que le plomb lui, peut causer la neurotoxicité (action d'un poison sur le système nerveux) et des maladies cardiovasculaires.
Vapotage : Une nouvelle étude souligne la présence de métaux toxiques
Les chercheurs ont également trouvé de l'arsenic dans plus de 10% des e-cigs échantillonnées, qui est un poison violent. Commentant ces résultats, l'auteure principale de l'étude, Ana María Rule, a déclaré : 'On ne sait pas si ces quantités sont dangereuses, mais la présence de ces métaux est troublante et pourrait signifier qu'ils passent dans le gaz aérosol que les utilisateurs de cigarettes électroniques inhalent.'
Vapotage : Une nouvelle étude souligne la présence de métaux toxiques
Outre le fait que les cigarettes contiennent toutes ses substances chimiques, les liquides contenant un pourcentage de nicotine sont également nocifs pour les poumons.
L'étude qui prétendait que le vapotage était 95% plus sain que la cigarette serait faux d'après cette étude, car les taux d'émission de chrome, nickel, zinc, plomb... sont semblables que ce soit pour les cigarettes ou les e-cig. Enfin, la conclusion de l'étude précise que : 'L'une des choses troublantes est que les métaux constitutifs des résistances de ces cigarettes électroniques, qui chauffent le liquide pour produire l'aérosol, sont toxiques lorsqu'ils sont inhalés. Peut-être les autorités de régulation devraient-elles se pencher sur un autre matériau pour la production de ces résistances.'
Vapotage : Une nouvelle étude souligne la présence de métaux toxiques