Violée par 500 hommes sur une période de 7 ans, la police a choisi de la poursuivre en justice

Par Foozine, le 07 Octobre 2019, dans actu

Jennifer, qui a maintenant une quarantaine d'années, a été violée par plus de 500 hommes dès l'âge de 11 ans lors d'une terrible période qui a duré sept ans. Plusieurs années plus tard, elle affirme que la police n'a pris aucune mesure et l'a arrêtée à plusieurs reprises pour prostitution.

Elle a été violée par un gang à Telford dans le Shropshire, ce qui a été décrit comme le pire scandale jamais commis en Grande-Bretagne. Jennifer a raconté qu'elle avait 11 ans lorsqu'elle a été présentée à ses violeurs pour la première fois par un garçon qu'elle connaissait et qui l'a présenté à un adulte. Ils ont ensuite laissé la bande de leurs amis la violer. Elle était l'une des nombreuses filles qui avaient été droguées, battues et violées par le gang dans les années 1980.

viol 500 hommes

Jennifer raconte qu'elle pouvait être agressée par 10 hommes chaque nuit et qu'elle a 'dû être violée par plus de 500 hommes'.

'Je pensais que la seule issue était la mort parce que je suis allée à la police et ils ne voulaient pas m'aider. Ma vie était un enfer, je me sentais tellement seule. Quand j'ai informé la police, ils m'ont dit que j'avais choisi mon style de vie. J'ai demandé à faire une déclaration parce que j'avais été violée et battue par tant d'hommes et que je voulais que cela cesse' raconte t-elle. 'Mais un officier m'a répondu : 'Vous êtes une prostituée ordinaire. Ne pensez-vous pas que cela vient avec le travail ?' poursuit-elle.

500 viols

Après tout ça, elle est tombée dans les bras d'un homme plus âgé, qui l'a emmenée à travers le pays pour qu'elle puisse être violée par des étrangers. 'Il m'a aussi enfermé dans un appartement avec des barres de fer pendant trois ou quatre jours. On m'a dit que la police pensait que j'avais été enlevée, mais ils n'ont rien fait' raconte t-elle.

Il a finalement été arrêté mais après sa libération, il s'est rendu à son domicile avec un fusil de chasse pour la menacer. La police de West Mercia a déclaré que l'affaire n'avait pas abouti car les policiers ne pouvaient pas identifier tous les violeurs. Depuis, Jennifer s'en est tiré, a lentement reconstruit sa vie, a eu des enfants et a obtenu son diplôme universitaire.